CURSUSPRO vous guide dans le dédale des formations existantes
et vous aide gratuitement à trouver votre nouveau cursus professionnel.

Evoluer, changer de voie, aller de l'avant ? CURSUSPRO, allons-y !

Classement Global MBA ranking 2017 du Financial Times

Global MBA : l’Insead en hausse, London Business School en baisse

Laurent Ortmans | 20/02/2017

Découvrez l’analyse des résultats du classement du Financial Times 2017 des 100 meilleurs MBA dans le monde.

En 2017, c’est l’Insead qui a été désigné meilleur programme de Global MBA parmi les 100 référencés par le quotidien britannique. C’est d’ailleurs la seconde année de suite que l’école de commerce internationale figure ainsi en tête du classement.

Stanford en Californie se hisse de la cinquième à la seconde place, une position que l’école de commerce avait déjà occupée en 2014. Wharton en Pennsylvanie obtient la troisième place.

De célèbres institutions à la peine

Trois poids lourds du classement, la Harvard Business School, la London Business School (LBS) et le MIT Sloan, ont perdu du terrain face à leurs concurrents.

Harvard perd deux places et se retrouve en 4ème position. C’est la première fois en 9 ans que Harvard ne se retrouve pas dans le trio de tête. De son côté, la London Business School perd 3 places pour atteindre le rang 6 : sa pire performance depuis 14 ans.

Quant au MIT Sloan, son programme figure cette année en treizième position. C’est donc la première fois en dix ans que l’école américaine se classe en dehors du top 10.

A contrario, Judge Business School qui dépend de l’université de Cambridge en Angleterre s’octroie cinq places et décroche la cinquième position du palmarès. Elle fait ainsi sa première apparition dans le top 5 au détriment de LBS qui avait toujours été, jusqu’à présent, la meilleure institution britannique du classement.

Le classement est basé sur des enquêtes sur les écoles de commerce et les diplômés de l’année 2013. Les programmes sont évalués en fonction des évolutions de carrière des diplômés, la créativité et dynamisme intellectuel au sein de l’école, la diversité des étudiants et des enseignants.

Si les étudiants de Stanford ont bien les rémunérations les plus élevées en sortie de programme avec des salaires moyens de 195 000$, globalement les quinze premiers programmes sont assez proches en terme de rémunération, progression de carrière et satisfaction des diplômés.

Tous ces global MBA sauf un permettent aux diplômés d’obtenir des salaires supérieurs à 150 000 $ avec des progressions de l’ordre de 100 %.

L’Insead offre une véritable expérience internationale

L’Insead se distingue non seulement grâce à son programme en 12 mois mais aussi grâce à une forte culture internationale du fait des deux campus. S’ajoute à cela l’un des plus diverses et importants réseaux de diplômés.

Le programme global de l’Insead est classé troisième en terme de mobilité internationale des étudiants et sixième pour la teneur internationale de son contenu.

« L’Insead a eu un effet « booster » au niveau de notre expérience interculturelle » a dit un participant suisse à l’enquête. « C’est le meilleur endroit au monde pour appréhender une culture globale ».

La richesse de l'enseignement

« La richesse et profondeur d’un enseignement provenant des quatre coins du monde apporte une valeur inestimable au programme » a écrit un autre diplômé américain, ajoutant qu’ « avec tant de cultures et expériences différentes représentées, un échange entre élèves durant un cours d’éthique qui porterait par exemple sur la notion de corruption n’a que peu de points communs avec la même discussion dans sa version américaine classique, nécessairement plus ennuyeuse »

Plus d'une école sur deux est aux Etats-Unis

Au sein de ce classement 2017, les écoles américaines sont encore mieux représentées que l’an passé. Elles sont 51 sur 100. Ce nombre était descendu pour la première fois en 2016, en dessous de 50 et le Financial Times ne listait plus « que » 47 programmes américains.

Parmi les écoles américaines absentes du classement 2016 mais le réintégrant cette année, figure la Rutgers Business School dans le New Jersey qui décroche la soixante-dixième place.

WP Carey School of Business située dans l’Arizona est l’école qui fait le retour le plus remarqué directement en 57ème place.

Les programmes de MBA canadiens à la traîne

Les écoles canadiennes continuent de perdre du terrain. Elles ne sont que trois à rester dans le classement alors qu’elles étaient au nombre de cinq l’an dernier.

Toutes ont perdu six places cette année. Parmi elles, la Rotman School of Management de l’université de Toronto obtient le meilleur résultat en décrochant la soixante-cinquième place tandis que Smith School of Business à Queens University figure en toute fin de classement à la centième place.

Une école espagnole dans le Top 10

En revanche, les écoles australiennes et espagnoles s’en sortent plutôt bien. L'Australie et l’Espagne voient tous les deux, trois de leurs écoles améliorer leurs performances. Sydney’s Macquarie Graduate School de Management est l’école australienne dont le MBA global est le mieux placé, en 49ème position. L’IE Business School espagnole a progressé de quatre places pour arriver en huitième place. C’est la première fois que l’école madrilène intègre le top 10.

Pour la seconde année de suite, l’Insead domine le classement. L’école a été la première à avoir deux campus avec des enseignants permanents. Le premier campus s’est établi à Fontainebleau en 1957 et le second à Singapour en 1999.

Le programme de MBA de l’Insead est l’un des plus internationaux en terme d’origine des étudiants et enseignants : ils sont étrangers à 95%. Les diplômés du global MBA se classent en rang 3 en terme de mobilité et le programme est numéro six pour la dimension internationale des contenus.

De belles progressions versus 2016

Stanford Graduate School of Business est de retour au rang deux, en progression de trois places par rapport à l’an dernier. Ses élèves obtiennent le plus haut salaire (195 000 $).

Les diplômés du MBA ont également la meilleure progression de carrière. Près de 42% des élèves occupent un poste de direction ou au dessus, trois ans après avoir obtenu leur diplôme contre 22% pour les autres programmes classés par le FT.

« Stanford GSB est à la fois un investissement à long terme et un investissement sur le plan personnel », précise un diplômé de la promotion 2013.

Judge Business School, une des surprises du classement

C’est la première fois que Judge Business School se retrouve dans le top cinq du classement. C’est une progression notable puisque le programme de MBA Global était vingt-sixième du classement en 2012.

Ses élèves obtiennent le douzième meilleur salaire moyen (164 000 $) mais en ce qui concerne le rapport qualité-prix, l’université anglaise occupe la première place. En effet grâce à son coût de 40 000 £ (en 2012), le MBA de Judge peut figurer parmi les quinze MBA les plus accessibles financièrement (…)

Mendoza College of Business qui dépend de l’université Notre Dame dans l’état de l’Indiana a enregistré cette année la plus grosse progression du classement avec un gain de 16 places. L’université américaine occupe donc le rang soixante du palmarès. Cela fait suite à une autre belle performance l’an dernier. L’école a donc progressé de 29 places en deux ans (…).

WP Carey School of Business qui dépend de l’Arizona State University a également enregistré cette année sa meilleure performance sur une décennie et atteint la place 57, la même position qu’elle occupait en 2007 (…).

A Edimbourg, un équilibre hommes-femmes valorisé

L’école de commerce de l’université d’Edimbourg a figuré de manière continue dans le classement entre 2000 à 2012, atteignant même la place 44 en 2008. Cependant elle n’avait pas réussi à intégrer le palmarès en 2013 et 2015. De retour dans le classement en 2016, elle a progressé de sept places cette année et se retrouve en 91ème position.

L’école s’est fait remarquée pour son équilibre hommes-femmes parmi les participants au programme de MBA : 41 % des enseignants sont des femmes et ce pourcentage atteint 49 % pour les étudiants de la promotion 2013 de Global MBA. Le programme met également l’accent sur le leadership au féminin.

The Financial Times Limited 2017 - Tous droits réservés. Not to be redistributed, copied or modified in anyway.

Cursuspro is solely responsible for providing this translated content and the Financial Times does not accept any liability for the accuracy or quality of the translation.

Réagir à l'articleRéagir à l'article

Seul votre prénom et la première lettre de votre nom apparaîtront sur le commentaire